Etre survivant-E, c’est toute la vie

Ce n’est pas une maladie. C’est une conséquence des actes criminels qu’on a subi.

Il faut se reconstruire un minimum.

Il faut apprendre à vivre avec.

Il faut se battre contre ses détracteurs ou mourir. Parfois ces détracteurs sont des ennemis identifiés comme tels, parfois ce sont des proches. Lesquels sont les plus dangereux ?

Les autres sont ceux en qui on croit, en qui on a accordé notre confiance. Ce sont ceux-là qui peuvent nous mettre à terre en deux minutes. Que ce soit par les liens du sang ou les liens du cœur.

Nous, survivants, sommes fragiles, mais aussi lucides. Ils oublient vite.

Nous avons aussi notre capacité de répliques. Ils ne s’y font jamais.

Il y a aussi ceux qui veulent nous faire croire qu’ils sont gentils, serviables et veulent aider. Mais à quel prix ? Car il y a presque toujours un prix avec certains. Quelque chose en eux ne supporte pas une image qu’on leur renvoie (difficile de savoir laquelle d’ailleurs car on ne peut pas entrer dans leur inconscient) et pouvant être la cause de comportements parfois dangereux, ou étranges et provocateurs, avec des « phrases-couteaux » tranchantes qu’ils utilisent lorsqu’ils n’ont aucun argument valable face aux questions dérangeantes les concernant. Des questions auxquelles ils ne répondront d’ailleurs jamais.

On peut se retrouver face à une semi-trahison diffuse et latente. Cela devient épuisant de clarifier certaines situations.

Lorsque j’étais petite, j’ai grandi dans un monde de mensonges d’adultes, de manipulations, de non-dits, de secrets nauséabonds. J’ai été obligé de grandir dans un contexte répugnant, une ambiance malsaine en plus de subir des actes criminels.

En étant adulte, j’ai appris à faire la part des choses et je me rends compte combien le fait d’être « survivante » et de savoir dire « non » coûte cher.

Les survivants intéressent les prédateurs, les manipulateurs, les toxicos, les pervers, les sadiques et on doit rester clairvoyants pour arriver à les repérer, à les déjouer, à leur fermer la porte avant qu’ils aient tout dévasté sur leur passage, dévasté aussi votre vie.

Il ne faut jamais oublier que ce n’est pas de notre faute. La première responsabilité revient à nos parents qui n’ont pas veillé correctement sur nous. Ce n’est pas nous qui attirons ces êtres destructeurs comme des aimants, ce sont eux qui ont des antennes pour nous repérer comme des proies à chasser. Lorsque les prédateurs cherchent de nouvelles proies, ils nous cherchent, parfois nous trouvent, ils essayent, parfois malheureusement ça marche.

Notre devoir est de mettre en place tout ce que nous pouvons pour nous protéger.

Avec tout cela, nous devons continuer de « vivre avec » les séquelles et souvenirs des crimes que nous avons subi. Autant dire qu’il nous faut beaucoup de force et d’énergie pour supporter tout cela, pour se battre, jusqu’au bout.

Continuer, malgré tout.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

Publicités

Le calvaire avant d’arriver en Cour d’Assises

Je viens de lire le dernier post jusqu’au bout et je me suis dit que ce serait pas mal que je retrace mon parcours dans les méandres juridiques.

D’abord j’ai eu les coordonnées d’un avocat par une ancienne copine en 98, j’avais décidé de porter plainte. J’avais réuni pas mal d’éléments et j’ avais confié à cet avocat une partie de mon journal intime. Il disait s’occuper de rédiger et envoyer la plainte.
Quand je lui demandais s’il avait des nouvelles de la plainte, il me répondait que c’était long et qu’il fallait attendre et par la suite il m’a dit 2 fois que la plainte avait été perdue au tribunal…
Avec mon ami, nous sommes allés vérifier auprès du tribunal si il y avait une trace de cette plainte, il devait forcément en avoir une puisqu’elles sont toutes enregistrées avec un numéro ! Et là mauvaise surprise : aucune plainte enregistrée !!! Donc cet avocat m’avait menti. Je ne sais pas pour quelle raison.

Par la suite, j’ai voulu récupérer mes documents et mes journaux puisque je ne pouvais pas lui faire confiance, ça a été très difficile. Les rdv étaient annulés à la dernière minutes. J’ai dû faire appel à une association – Paris Aide aux Victimes – pour mettre la pression. Le juriste de l’association a été très efficace.
A cette époque j’étais en dépression grave donc hospitalisée pour dépression réactionnelle.
J’ai décidé de me déplacer quand même au cabinet pour récupérer ce qui m’appartenait, accompagnée.
Il a fallu faire un scandale et même que la police vienne pour obliger le cabinet à me rendre mes documents.

Ensuite, j’ai rédigé avec l’aide de mon ami une plainte que j’ai envoyé au procureur.
Il a fallu faire les démarches pour trouver un avocat qui accepte l’aide juridictionnelle, j’ai dû passer par le bâtonnier, l’ordre des avocats, et une journaliste pour trouver des coordonnées d’avocats.

1ere étape après la réception de la plainte : j’ai été entendu par la police à la brigade des mineurs. L’interrogatoire m’a semblé très long face à une jeune femme au ton froid qui posaient beaucoup de questions. J’avais l’impression d’être la coupable et sans intérêt.
Ensuite plusieurs personnes que j’avais citées ont été entendues.
Longue attente pour savoir le résultat.
Et le verdict a été le classement sans suite.

2eme étape : constitution de partie civile.
Donc c’était reparti pour un tour, d’autres auditions, avec en plus une confrontation avec mon agresseur.
C’était évidement une épreuve très douloureuse, aussi bien psychiquement que physiquement. 1h qui m’a parue une éternité en étant dans la même pièce que cette pourriture.
Ce qui m’avait paru étrange, c’était le déroulement. D’abord la juge qui m’a entendue en me posant des questions, puis elle pose des questions à mon agresseur, après elle demande aux avocats s’ils ont des questions. C’était donc une confrontation indirecte entre mon agresseur et moi. Je n’ai pas pu le regarder en face et lui poser des questions.
J’aurais aimé le déstabiliser mais j’étais tétanisée.
D’ailleurs en parlant avec ma thérapeute après, elle ne comprenait pas cette façon de faire, elle trouvait même qu’il aurait été bénéfique que la confrontation ait lieu en présence de mes parents.

Résultat : Non-lieu !
Les personnes supplémentaires auditionnées n’étaient pas les bonnes car elles ne pouvaient rien apporter dans le dossier vu qu’il s’agissait de personnes que mon agresseur a connu après l’époque des faits, une fois qu’il avait déménagé. Je doute de la compétence de la juge pour avoir fait une bourde pareille.
Le terme de Non-lieu est très inapproprié car non-lieu signifie aussi que ça n’a pas eu lieu… ça fait mal de le lire et de l’entendre.

3ème étape : Appel au Non-lieu et la Cour d’appel avec changement d’avocat.

J’ai eu la chance de pouvoir être reçue plusieurs fois par mon avocat (le 3ème) qui a pris le temps de bien m’expliquer et de m’aider à trouver d’autres noms de personnes qui pourraient être entendues.
Des souvenirs sont revenus parce que je faisais le plus d’efforts possibles, je me suis rendue compte d’ailleurs que ces efforts étaient très douloureux car une barrière, une forme d’amnésie, m’empêchait d’avoir accès à tous les souvenirs au point d’avoir mal au crâne, mal au ventre et d’avoir envie de gerber.
Dans cette nouvelle instruction, il y a eu une 2eme confrontation. L’horreur encore une fois. J’ai cru mourir sur place. J’avais envie de me suicider tellement la souffrance était insupportable de me retrouver dans le même endroit que mon bourreau.

Évidemment inutile de dire combien l’attente est difficile à vivre. J’ai toujours eu une moitié de mon cerveau occupé à cela, même quand je n’y pensais pas, c’était toujours là. Et ça l’est encore. Ce qui rend difficile la possibilité de travailler régulièrement par exemple.
Et à chaque fois, le retour des symptômes, ces fameux effets secondaires…

Et pour terminer sur une note positive : ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort !
YES !!!

Dernière épreuve maintenant qui m’attend : le procès en cour d’assises à Pontoise et je suis contente qu’il n’y ait pas eu de déclassement en correctionnelle (il en avait été question par la juge d’instruction !)

Texte écrit le 03 juin 2009

NB : entre la plainte écrite au Procureur de la République et le 1er procès qui a eu lieu en Cour d’Assises, il s’est passé 9 ans !

English: Lieutenant colonel Marie-Georges Picq...

English: Lieutenant colonel Marie-Georges Picquart, testifying at the Zola trial in Paris, 1898. Engraving in l’Illustration. Français : Croquis d’audience du lieutenant-colonel Marie-Georges Picquart, témoignant au procès d’Emile Zola (visible à gauche, de profil) devant la Cour d’Assises de la Seine à Paris en 1898. L’Illustration, gravure par Sabattier et Thiriat. (Photo credit: Wikipedia)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.